Le faire-part de naissance

Faire-part de naissanceLe faire-part de naissance, tout un programme dans les préparatifs de l’arrivée de bébé. Un vrai casse-tête parfois. Pourquoi ?

Parce que vous savez que c’est une fille mais vous ne voulez pas de rose (ou vous savez que c’est un garçon et vous ne voulez pas de bleu !).

Parce que vous n’avez pas encore choisi le prénom et qu’à 1 semaine du terme, l’annonce n’est donc pas imprimée (et aurez-vous le temps après la naissance ?).

Parce que vous avez décidé de vous faire la surprise du sexe de bébé et que donc, en plus de la surprise du prénom, les coloris sont difficiles à choisir ! Parce qu’il faut trouver un texte, simple ou humoristique, et que vous n’êtes pas écrivain. Parce que vous voulez un modèle unique au moooonde parce que votre enfant sera unique au moooonde !

Parce que quand vous tapez « faire-part de naissance » dans Google, vous croulez sous les propositions de sites divers et variés. Parce que…parce que…parce que…

Et d’abord, pourquoi un faire-part (1) ?Quand l’envoyer (2) ? Et sous quelle forme (3) ? Enfin, qu’y mettre à l’intérieur (4) ?

1- Pourquoi un faire-part ?

Le but d’un faire-part de naissance est d’annoncer « au monde » (plus humblement à ses proches, famille, amis) l’entrée dans votre vie d’un petit être tout neuf.

Qu’il soit traditionnel (un joli carton envoyé par la Poste) ou moderne (sms, email, faire-part virtuel…si Mamie est aussi connectée !), ce « billet » est la première annonce officielle que vous faites à votre entourage. Le premier contact de bébé avec sa famille, mais aussi, d’un point de vue plus pratique, la transmission d’une belle nouvelle, ainsi que de vos coordonnées (si, si c’est utile !).

Maintenant que vous savez que « c’est la tradition », la question se pose de savoir quand l’envoyer…

2- Quand l’envoyer ?

Dans le meilleur des cas, vous avez tout prévu à l’avance, l’impression est faite avant la naissance, vous remplissez les « vides » à la main (poids, taille, jour de naissance…), les adresses sont déjà écrites sur les enveloppes, également ornées d’un timbre. Yapluka…et hop, nouveau papa poste le tout alors même que vous n’êtes pas sortie de la maternité ! Efficace, pratique, sûr…au moins une chose de faite qui n’est plus à faire (et après une naissance, il y a de quoi s’en satisfaire !).

Dans le pire des cas, vous n’avez rien prévu et trois mois après la naissance de petibout, la question du faire-part reste encore en chantier. Pas de panique, tout est possible : sms le jour de la naissance, email dans les semaines à venir et faire-part en bonne et due forme les mois qui suivent ? Pourquoi pas !

Traditionnellement, on dit que le faire-part doit  être envoyé entre 15 jours et un mois après la naissance de bébé. Cependant, dès la sortie de la maternité, tout se bouscule et il est fort probable que vous n’arriviez pas à tout concilier le premier mois. Pas de culpabilisation, les gens attendront un peu ! Le mieux, en tous cas, et de s’en préoccuper AVANT la sortie de petibout, en préparant un maximum de choses et prévoyant le minimum restant pour APRES.

Alors une fois le faire-part casé dans la To Do List Pré-Maternité, on se pose la question du modèle et de la forme que l’on va choisir.

3- Quel faire-part choisir ?

Du plus traditionnel au plus high-tech, toutes les formules sont envisageables. Question de budget, envie de tradition ou d’originalité, la palette des propositions est large pour vous permettre un choix sûr et défini.

Un faire-part réalisé par un imprimeur : qu’il ait pignon sur rue dans votre ville ou que vous passiez par un site internet réputé, le choix de l’annonce sur papier (imprimé par vos soins ou non), joue la carte de la tradition pure.

Il restera un objet marquant de la naissance de votre enfant, encadré par vos soins pour décorer sa chambre ou conservé précieusement dans un coffret regroupant bracelet de maternité, petit bonnet de naissance et autres souvenirs emblématiques, ce document est également un élément important pour votre entourage.

Il ne vous reste plus qu’à choisir : le papier, sa couleur, son format, l’intégration d’une photo ou non, la police du texte, les dessins, les nœuds, etc. Oui, tout ça… ou presque !

 Un faire-part réalisé par vos soins : qu’il soit entièrement informatisé, de sa conception à son impression, il peut être réalisé à la maison, surtout si vous êtes un as de l’informatique et des logiciels adéquats ! Mais vous pouvez également demander à vos mimines de vous aider, grâces aux techniques du « c’est moi qui l’ai fait », votre faire-part sera unique et original. Pensez au nombre à envoyer et aux délais pour le fabriquer. S’y prendre pendant le congé maternité précédant la naissance est une bonne solution.

Et à l’image du traditionnel, là aussi il vous faudra vous décider. Pour la couleur, pour le papier, pour le format, etc. Et oui !

Un faire-part réalisé sur-mesure : à mi-chemin entre l’annonce entièrement imprimée, choisie dans un catalogue de modèles, et celle réalisée de vos mains, il existe également des créatrices (et créateurs) qui réalisent à la demande le faire-part de vos rêves, surtout si vous ne vous sentez ni l’âme créative ni le courage de vous y mettre. Evidemment, le budget n’est pas le même, mais il s’agira alors d’une création personnelle et entièrement réalisée en fonction de vos souhaits pour la naissance de votre premier comme de votre dernier enfant.

Un faire-part virtuel : que vous passiez par un site spécialisé ou que vous le réalisiez vous-même, le fameux document peut se mettre à la page, surtout si vous êtes totalement geeks et fiers de l’être ! A l’image de Papa et Maman, il annoncera à votre entourage connecté, la naissance de votre mini-vous. Le principal intérêt de ce type de faire-part reste son coût extrêmement modique voire inexistant (si ce n’est celui de la connexion).

Et bien évidemment, rien ne vous empêche de panacher les « espèces », afin de répondre aussi aux « besoin » d’information de la famille et de vos amis, rare étant les arrière-grands-mères équipées d’un ordinateur, notamment…

4- Qu’y mettre dedans ?

Trouver la formule qui vous plait n’est pas une mince affaire. Entre filer la métaphore du poisson dans l’eau, de la piraterie ou de la princesse et fournir à tous les indications telles que mensurations, date et coordonnées, tout cela relève d’un défi certain !

Présenter son enfant, le faire parler ou laisser à l’aîné le soin d’annoncer la venue d’un petit frère ou d’une petite sœur, voilà un autre choix.

Les formules sont légions, à vous de préférer celle qui vous conviendra le mieux. Entre tradition, modernité, humour ou images, tout est possible en matière de faire-part, à condition que cela vous ressemble.

Et par-dessus cette montagne de choix (oui, rappelez-vous : choisir un faire-part traditionnel, trouver le fabricant ou le créateur, voire déterminer les éléments que vous assemblerez vous-même, spécifier les couleurs, les matières, les motifs et les formes, trouver le texte …) vous pouvez aussi décider également d’inclure (ou non) une photo de petibout !

Et je ne vous parle pas du listing des destinataires, de la récolte des adresses postales de tout le monde, du choix du timbre, etc. Simplement, prenez le temps AVANT la naissance, pré- déterminez vos envies et vos choix et surtout, restez zen, « c’est n’est qu’un faire-part » !

A découvrir :  Les jolis faire-part faits main de Rose de Biboun


Une réflexion sur « Le faire-part de naissance »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *